ACUPUNCTURE
(photos issues de mes stages en cliniques et hôpitaux à Shanghaï)

 

L’acupuncture est l’une des cinq branches de la Médecine traditionnelle chinoise.
Des aiguilles insérées à la surface de la peau stimulent des points d’acupuncture précis afin de régulariser le Qi ainsi que des fonctions physiologiques, organiques et psychiques ciblées.
Il existe une cartographie détaillée des points et des méridiens.
Le principe est de renforcer les processus d’autorégulation et de guérison qui s’activent lorsque l’organisme subit un déséquilibre.

Il existe de nombreuses technniques de manipulation de l’aiguille. Retenons que ces techniques sont regroupées en trois groupes; la tonification, la dispersion et l’harmonisation.
Selon le syndrome identifié, le praticien travaillera chaque aiguille de manière précise pendant la séance. Pourront s’en suivre une ou plusieurs nouvelles prises de pouls pour vérifier l’effet de son travail.

Les aiguilles sont de tailles différentes selon l’endroit à travailler, mais toujours sous emballage et à usage unique.

La sensation de puncture est variable. Elle peut être absente ou aller d’un simple picotement à une sensation de décharge ou en engourdissement. Parfois, la sensation parcourt le méridien ou reste locale.
Quoiqu’il en soit, libre à vous d’exprimer ou non votre ressenti. Si vous êtes dans le questionnement cela permet à votre praticien de vous apporter des réponses. Mais vous pouvez tout aussi bien vous endormir pendant la séance ou simplement dédier ce temps qui est le votre à un apaisement général.

En France, contrairement à d’autres pays européens, seuls les titulaires d’un diplôme d’Etat de docteur en médecine peuvent pratiquer légalement l’acupuncture.
En revanche les praticiens en médecine traditionnelle chinoise, ont légalement le droit de s’installer en tant que praticien de médecine traditionnelle chinoise et exercent leur métier sous couvert d’un numéro SIRET, d’un code APE, d’une assurance professionnelle mentionnant la pratique de l’acupuncture et de cotisations à l’URSSAF.

MOXIBUSTION

 

La moxibustion consiste à chauffer avec un cône ou un bâtonnet de moxa, les points d’acupuncture dans le but de prévenir ou de traiter les déséquilibres.
L’armoise, plante aromatique possède les propriétés nécessaires à cet usage et son action est utilisée en pénétrant dans les méridiens et les muscles.

La moxibustion a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO le 16 novembre 2010.

Traditionnellement, le moxa est une composition à base d’armoise séchée et broyée.
Elle peut être conditionnée comme un cigare dont le bout incandescent est approché du point d’acupuncture à stimuler, modelée en cône qui sera enflammé sur une tranche de gingembre ou du gros sel, ou sur un onguent préalablement appliqué en couche épaisse sur la région à traiter.
Le moxa sur aiguille est utilisé lorsque le praticien veut chauffer un point particulier d’acupuncture, pour une zone plus large, le bâton est utilisé ou la boite à moxa, posée par exemple sur l’abdomen selon le syndrôme identifié.
En cabinet, si la zone a chauffer est étendue, j’opte pour la lampe chauffante utilisée dans les hôpitaux chinois.

Le traitement par ventouses est une thérapie dans laquelle un petit récipient est appliqué sur la peau pour provoquer une congestion locale en créant une aspiration par vide d’air. Aujourd’hui les ventouses en bambou et en verre sont les plus utilisées.